Ma ChRoNiQuE – Forbidden de Tabitha Suzuma

sp

Auteur : Tabitha Suzuma
Editions : Milady
Collection : New Adult
Pages : 380
Prix : 16,90 €
Date de sortie : 17 novembre 2016
Public : Young Adult
Amazon : Forbidden

« Petit Résumé »

L’amour est leur seul crime.

Un roman d’amour qui vous hantera longtemps…

« Je refuse de laisser le monde extérieur nous condamner et détruire le plus beau jour de ma vie. Celui où j’ai embrassé le garçon qui hantait mes rêves depuis toujours. Sommes-nous condamnés à nous dissimuler derrière des portes closes et des rideaux tirés ? »

Il ne reste plus grand-chose de la famille Whiteley. Le père a refait sa vie à l’autre bout du monde, la mère essaie d’en faire autant. Elle dépense plus d’argent chaque mois en alcool et en fringues qu’en pension alimentaire pour ses cinq enfants. Dans la débâcle, les deux aînés, Maya et Lochan, seize et dix-sept ans, décident de prendre les choses en main. En effet, si les services sociaux s’en mêlent, ils seront séparés, placés dans des foyers aux quatre coins du pays. Luttant ensemble pour maintenir leur famille unie, ils partagent les mêmes joies et les mêmes peines. Mais peuvent-ils vraiment s’avouer ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre ?

« Une histoire bouleversante. » The Bookseller

« Une ode à l’amour. » Boulevard des Passions

« Ma Chronique »

J’ai tardé à lire ce roman est c’est avec un profond regret car quand je me suis enfin lancé, je n’ai pas pu m’en décrocher. Merci mille fois à Milady et NetGalley pour ce bijou littéraire.

Vous l’aurez compris j’ai adoré cette histoire profonde, émouvante et bouleversante. Elle prend aux tripes jusqu’à la dernière page. La fin et même l’intégralité de l’histoire est d’une intensité à couper le souffle, j’ai donc versé ma petite larme. Juste l’épilogue un peu sec met il fallait bien montrer que la terre continue de tourner quoiqu’il arrive.

C’est un sujet difficile & tabou que l’auteur a su aborder avec une justesse impressionnante. C’est addictif au possible et nous oblige à revoir les choses sous un autre angle, nous pousse à une certaine réflexion.

Lochan et Maya tous deux sont élevés par une mère alcoolique et un père absent et ils se retrouvent à devoir gérer le reste de leur fraterie : 1 petite sœur et 2 jeunes frères. (Vous aurez donc compris qu’ils sont donc 5 frères/sœurs pour faire cours. )
Enplus de devoir faire faces à une multitude de difficultés pour leurs ages, ils développent une relation amoureuse que l’on peut avoir du mal à comprendre. Et c’est ce qui est intéressant ici, puisque c’est rare de trouver ce genre de romance. On trouve plutôt des relations demi frère/demie soeur mais rarement des liens directs. C’est ce qui intrigue, dérange et pousse à en savoir plus.

Personnellement étant plutôt ouverte, je ne me suis pas braqué contre cette relation car j’ai bien saisie le contexte, il est d’ailleurs répété maintes fois: ils ne se sont jamais considéré comme frère et sœur puisqu’élevé plutôt comme des parents de substitutions. Ils étaient très complices et avec le temps ils ont évolué vers un lien plus fort.

D’ailleurs pour en revenir à ça, ils agissent vraiment comme s’ils étaient les parents et par moment, il faut faire attention car on peut potentiellement oublier qu’ils ne le sont enfait pas, et qu’ils agissent pour le bien de la fraterie car il est inconcevable de laisser les plus jeunes derrière.

Le personnage de Lochan tente tant bien que mal d’emprisonner ses sentiments conscients du danger et de l’incompréhension des gens face à leurs relations, il est aussi torturer et extrême dans ce qu’il pense ou fait. Je n’ai pas pu m’en détacher.

Maya elle, est l’opposé de la pièce de monnaie, plus douce. Elle tente de voir ce qui se passe entre eux comme quelque chose de positif au milieu de leur situation si difficile.

La mère de famille est catastrophique, j’ai eu l’impression de voir la mienne (qui ne fait plus un compte avec moi et ma jumelle depuis qu’elle sait retrouver un homme et qui à comme le personnage masculin, des gosses.) Autant dire que j’ai assimilé leurs ressentis à 200% (puisqu’elle ne me donne des nouvelles que de temps en temps, heureuse pour moi qu’elle soit pas accro aux sorties , à l’alcool etc..juste qu’elle nous a en parti rayé [rien de nouveau sous le soleil comme dirai le personnage de ma lecture du moment Rome de Tillie Cole] bref, je m’égare…) . C’est horrible de se sentir autant abandonné.
Juste elle se dit que comme les gosses en grandit, ils sont capable de se débrouiller, et elle, elle peut reprendre sa vie d’ado qu’elle avait mise de coté sauf que, elle a quand même 5 enfants!
Enfait, on la croise vraiment peu, voir quasiment pas, mais alors, elle est quand même un personne clé qui ne peut pas laisser indifférente et qui dégage pas mal de trucs…

Kit est l’entre-deux, il a vraiment la place que personne lui envie, d’un coté il doit respecter ses ainées qui tente de le diriger mais de l’autre, il est plus assez petit pour accepter sans protester. C’est l’ado rebelle.

Tiffin et Willa sont les petites choux à la crème de cette histoire que l’auteur à rajouter pour surement accentuer le coté mélodrame du contexte. On a envie de les proteger et non pas de bousculer leurs petits mondes d’enfants. Ils sont si innocents et inconscient que sa nous scie en deux de les voir au milieu de ça. Ça enfonce le clou comme dit ma Moody (TakeaBook).

Hormis la romance Lochan et Maya complexe, j’ai apprécié qu’ils fassent tous leur possible pour garder leurs familles entières car vu leurs jeunes age (16 et 17ans) c’était loin d’être une partie gagnante. On sent leur lutte et on participe avec eux.

Il met resté quand même des interrogations notamment sur les ressentis des personnages à la toute fin.
Kit ne tourne-t-il pas mal face à l’énormité de ce qu’il a engendré? Comment encaisse-t-il des années après ainsi que Tiffin, Willa ?

Pour conclure, je finirai par dire que le style de l’auteur est jouissif et qu’il ne faut pas lire ce livre si vous attendez de la douceur etc..ce livre est brut, il remue, et promet de vous hanter quelques temps.
Un véritable coup de ❤ (pour ma part qui va rester graver), qui change un peu de mes lectures en happy end.
Une phase de digestion est à prévoir!
Ah oui, j’oubliai, c’est une lecture qui alterne les points de vue!

/!\ Partie spoiler /!\ :

Maintenant que je vous ai fait une partie sans spoiler, il me fallait rajouter après coups cette partie car c’est là que j’ai dû tenir mon cœur à deux mains …j’ai pleuré et pris une putain de claque :

En gros, en passant un peu sur le début, il se font découvrir par la mère au moment ou ils décident enfin de passer à l’acte car Kit les a dénoncer dans le but de se venger car n’a pas pu aller à son voyage scolaire. Il ne prend conscience de son geste que quand il voit les flics devant chez eux. Lochan se fait arrêter parceque majeur et Maya mineure.
Maya tente de garder l’espoir qu’il vont s’en sortir. Les flics eux, ont des soupçons que Lochan n’a pas vraiment forcer Maya à passer à l’acte et qu’ils sont donc tous deux coupables d’inceste.
Lochan, est c’est là qu’est le déchire cœur, décide de mettre fin à ses jours par pendaison dans sa cellule pour que Maya ne soit plus ennuyer et que leur amour reste avec une image belle à leurs yeux.

La scène raconté par Lochan est puissante et m’a mise à terre. Je le voyais préparer sa mise à mort c’était whaouuu…percutant!

L’épilogue n’est pas là pour remonté un peu le moral car on voit bien que Maya lutte et que la mère encore une fois n’est pas là..

Je lui est trouvé beaucoup de courage car quand même Lochan la laisse quand même dans un certain pétrain. Oui plus de soucis d’inceste mais le sentiment de solitude et une famille à gérer, c’est pas rien!

« Mes extraits »

À quel moment une mouche renonce-t-elle à s’évader par une fenêtre fermée ? Son instinct de survie la pousse-t-il à continuer jusqu’à ce qu’elle en soit physiquement incapable, ou comprend-elle enfin, après s’être écrasée une fois de trop contre la vitre, qu’elle ne pourra jamais sortir ? À quel moment estime-t-on qu’il est temps de renoncer? chap1 Logan

(…)au bout du compte, tout ce que nous voulons c’est est être comme les autres et nous intégrer coûte que coûte.chap2 Maya

(…)Il est toujours agréable de savoir qu’on plaît. D’être désirée. Même si ce n’est pas par la bonne personne chap10 Maya

(…)il ne sert à rien de lutter, la résistance à la fatalité ne peut engendrer que de la douleur. Le corps humain a besoin d’un flot constant de nourriture, d’air et d’amour pour survivre. chap15 Logan

(…) Continuer de respirer, c’est continuer de vivre et donc de souffrir.(…) chap17 Lochan

(…)A quel moment renonce-t-on et se dit-on que trop, c’est trop ? Il n’y a en réalité qu’une réponse : jamais. chap26 Lochan

« Ma Note »

sp

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités